à la PiC


PiC : "concilier vie professionnelle et vie familiale"


Pour l'instant, c'est le côté 'pro' qui l'emporte !

 

C'est un peu comme les réorg. dans les centres courrier. De l'écoute, de l'entretien individuel en-veux-tu-en-voilà et, au bout, des propositions d'organisation… à l'inverse des souhaits des agents !

 

2 exemples

En nuit :

Proposition de la direction : création d'une "brigade" travaillant les dimanches et lundis puis les jeudis et les vendredis ! Journées libres = mardi et mercredi ! Les agents s'étaient plutôt massivement exprimés pour le retour aux 2 nuits sur 4 !

En jour :

Proposition de la direction : suppression de la brigade mixte !

Alors qu'elle satisfait aux impératifs de gestion exprimés par l'entreprise et surtout, qu'elle correspond parfaitement aux souhaits des 12 – 15 agents la composant !

 

Au moment où l'on nous serine avec le "bien être au travail", y'a comme un hiatus !

 

Et puis, pour ce qui est des effectifs, même si le CAP n'est toujours pas connu, on sait déjà qu'on va augmenter TRES fortement… le nombre d'intérimaires !  


14/02/2013


PiC : les agents (presque) tous des voleurs ?


Un article du DL du 17 octobre

 

Vous connaissez, vous, des responsables d'entreprise qui, dans le cadre d'un article d'un quotidien de presse régional censé vanter les mérites de la dite entreprise, se permettent de digresser sur le comportement des personnels et, en particulier, sur leur propension… à commettre des vols ?!

 

Moi, j'ai jamais vu ça... sauf à la Poste !

 

Oh ! Le responsable a bien tenté de rectifier en minimisant le nombre d'agents fautifs (72 sur 240 000) mais pas en louant la probité du plus grand nombre comme on pouvait s'y attendre, mais en ajoutant que ce résultat était obtenu… "grâce à la présence de caméras et autres procédés" !!

 

 

Tout le monde a vu la pub de la Poste et entendu le message "hommage aux postiers" qu'elle véhicule.

Mais à la PiC, les vieux réflexes ont la vie dure.

 

> Voir l'article du DL


31/10/2012


PiC : compte-rendu KASPAR


Edifiant et... accablant !

 

PiC Kaspar, août 12C'est le moins que l'on puisse dire quand on lit le compte-rendu des réunions "Grand Dialogue" concernant la PiC de Grenoble.

 

Rien, pas un seul mot "en positif" pour qualifier les relations, les conditions ou la santé au travail. 

 

Même les cadres qui se sont exprimés dans leur propre "atelier" ne sont pas tendres ni avec l'entreprise, ni avec la "gouvernance"locale !

 

Nous publions l'integralité des synthèses de la DOTC ci-dessous

 

> Synthèse AGENTS

> synthèse CADRES


10/08/2012


PiC : monologue social, suite...


 "Tous au méca" !

 

Tous au mécaPasser de la 4ème place aux toutes dernières, en terme de QS, voilà qui n'étonnera personne à la PiC. Il faut dire que la direction s'entête à ne vouloir embaucher personne alors que l'arrivée du trafic de Chambéry (30% de trafic en plus !) désorganise un peu plus le centre.

                                                                     

Résultat : tout le monde court partout, l'encadrement cadre comme il peut, les agents s'épuisent et la direction en profite pour revenir sur ses engagements (voir le tract).

 

Le "Grand Dialogue", il y a longtemps qu'elle a fait une croix dessus, on le savait.

 


06/08/2012


PiC en expérimentation


Communication interne ? encore un effort !

 

PiC expé, juil 12Ah ! Ce n'est manifestement pas la spécialité locale, la communication. Pourtant, d'habitude, ils sont pas avares de briefings, ETC et autres dans ce centre mais là, c'est silence radio. Etrange.

 

Etrange, d'autant qu'il est question d'une expérimentation qui commence dans 1 mois et dont personne ne sait rien. (Enfin quand je dis personne, je parle de la quantité négligeable que représente les 300 agents et leurs représentants !)

 

Et pourtant cette expériementation fait partie intégrante de la nouvelle "conduite du changement" elle-même au coeur du Grand Dialogue cher à nos dirigeants !

Il semble bien que tout ça se soit arrêté à la porte de la PiC !

 

Ah ! Au fait, l'expériementation, ça serait pas l'installation d'une TTF, voire plus, Mmmmm... ?

 

 


27/07/2012


PiC : grève unitaire le 22 mai


La Poste doit ouvrir des négociations !

 

PiC, préavis mai 12Depuis longtemps, les syndicats alertent sur les difficultés spécifiques des agents des PiC et CTC. Le malaise au travail, on sait ce que c'est, dans ces centres !

La déshumanisation des rapports sociaux aussi !

 

Comme la seule chose qui compte, c'est la productivité et les suppressions d'emplois, on se moque bien de savoir si les conditions de travail s'aggravent, s'il n'y a plus de reconnaissance, si les agents souffrent…

 

C'est sur ces 3 thèmes -emploi, pénibilité et carrières- que l'intersyndicale FO, CGT, SUD, CFDT et CFTC  a demandé à Routier, directeur du Courrier, l'ouverture de négociations nationales. > lettre

 

C'est cette même intersyndicale qui appelle tous les agents des PiC et CTC à faire massivement grève ce 22 mai prochain.

 

 


13/05/2012


PiC : bilatérale du 25 avril 12


Pas d'inquiétude, tout va bien !

 

tract PiC avr 12C'est, en résumé, ce qui ressort de la dernière bilatérale avec la nouvelle direction.

 

Pourtant, en ce qui concerne l'emploi, les choses se dégradent à vitesse grand V. Face à la charge de travail induit par Chambéry, où sont les emplois promis ?

A part les 6 collègues arrivés en nuit, pas de trace des 10 autres prévus en jour.

 

La situation devient tendue dans la plupart des brigades et réellement critique en fixe d'après-midi !

 

Mais, pour la Direction, quelle importance que tout le monde court partout, que les incidents se multiplient, c'est la productivité qui prime !

 

Pour combien de temps ? 

 


30/04/2012


PiC : grève du 1er au 3 janvier 2012


Le personnel présente ses voeux...

 

La fameuse et récurrente "baisse de trafic" ayant eu du mal à se concrétiser en 2012, le transfert de l'activité de Chambéry n'étant, lui, pas du tout virtuel… la grogne n'a fait que grandir tout au long de l'année pour culminer ces dernières semaines.

Il faut rappeler que ce trafic de Chambéry (30% en plus, quand même !) n'est compensé par aucun emploi supplémentaire et, en particulier pas dans les brigades les plus fortement impactées (l'après-midi).

 

De plus, le début d'année coïncide avec la mise en place d'une nouvelle organisation de travail qui risque de… désorganiser encore un peu plus la gestion des "flux" (comme ils disent !).

 

Cette gestion à flux tendu -très tendu- a pour conséquence un regain de tension et favorise un management très tendu, lui aussi !

 

Bref, un cocktail assez explosif que la direction devrait prendre en compte plus sérieusement.

Le personnel, en déposant un préavis de grève (FO et CGT) du dimanche 1er au mardi 3 janvier, vient de présenter ses vœux au Directeur : il nous faut des emplois et du respect !

 

On attend les siens.

 

> Lire le préavis


28/12/2011


PiC : brigade d'après-midi


Unité d'action

contre la dégradation des conditions de travail

 

Une HMI commune FO/CGT, on n'avait pas vu ça depuis des années (depuis 20 ans en ce qui me concerne !).

Il faut dire que les conditions de travail déjà assez dures, n'ont fait qu'empirer avec l'arrivée du trafic de Chambéry CTC (à terme : 30% de trafic en plus). Et comme, productivité oblige, la direction a décidé de réaliser cette opération en créant… 0 emplois, ça coince de partout !

Et ce n'est pas le recours aux contrats "aidés" (CIE : CDD de 6 mois et bye-bye, on en reprend d'autres) qui change quoi que ce soit.

 

La suite, on la connait : manque d'effectif = conditions de travail dégradées = tension grandissante = managers sur les dents = personnel à bout…

 

Durant l'HMI commune, la colère était palpable, la détermination à se faire respecter aussi. Un préavis de grève a été immédiatement déposé pour lundi prochain (12 décembre).

 

Reste à la direction à prendre la réelle mesure du mécontentement de la brigade… et de sa cohésion retrouvée ?

 


07/12/2011


PiC : on veut pas crever au boulot !


Quand PiC rime avec déprime

 

Le mot est faible pour décrire la rapide dégradation des conditions de travail de quasiment tous les services.

Et l'on est bien obligé de constater que, loin d'être spécifique à Grenoble, cette situation est commune à la plupart des centres.

Les PiC n'ont que quelques années d'existence mais leurs dirigeants ont vraiment réussi... à nous la pourrir !

 

> Lire le tract

 


25/09/2011


PiC : sécurité avant tout !


(C'est pas de sécurité de l'emploi dont il est question)

 

Il y a des sites comme ça où la sécurité est primordiale. Les centrales nucléaires, les prisons, les usines d'armement, la Banque de France, les industries chimiques, l'Elysée.

 

Il y a maintenant la PiC de Sassenage. A l'instar des villes anglaises, un vaste plan d'installation de caméras intérieures et extérieures se met en place. Et quand on dit vaste plan… En effet, pas moins de 108 caméras (oui, vous avez bien lu : 108 !) sont installées dont 91 en intérieur !

 

Ah ! C'est sûr, on se sent drôlement en sécurité maintenant. A Sassenage mais aussi, dans toutes les PIC de France, puisque ce serait une mesure nationale !

Ah ! Ils feront moins le malin ceux qui osaient aller aux toilettes 2 fois dans la vacation. Et ceux qui quittaient subrepticement leur "îlot" pour dire bonjour au collègue d'à coté, c'est bien fini !

 

Bon, c'est vrai que ça coûte un peu cher (2 000€… par caméra. Faites le calcul) surtout que, jusque maintenant, y'avait pas besoin de ça pour être fliqué, euh... pardon, sécurisé!

 

En tous cas, ceux qui n'auront plus besoin d'être protégés, c'est bien les 16 salariés en contrat "aide au retour à l'emploi" de 6 mois qui se voient remplacés par 12 salariés en contrat "aide au retour à l'emploi" qui se verront certainement remplacés eux-mêmes dans 6 mois par…


30/08/2011


PiC : brigades de nuit


Majoration de 0 à 6h : la Poste doit payer !

 

PiC : nuitC'est ce que vient de décider le Tribunal Administratif de Rennes jugeant l'inégalité de traitement entre des agents commençant entre 0h et 6h et ceux commençant entre 21h30 et 4h.

 

Ci-contre, le modèle de requête à adresser au DOTC.

 

A noter que cette mesure concerne aussi les collègues de PPDC. 


15/08/2011


PiC : cellule S3C


Le bateau ivre

 

noyade1Le navire S3C va-t-il bientôt couler corps et bien ? Est-ce que l'amirauté est au courant et laisse faire ? On peut raisonnablement se poser la question quand on regarde ce qu'il reste de ce fier bâtiment 1 an après son passage en cale sèche.

 

De 12, le bel équipage du début se trouve réduit à une poignée de matelots. Que sont devenus les autres ? Beaucoup ont préféré quitter le navire à la première escale, d'autres on rompu leur engagement (malgré les pénalités) tant l'attitude des officiers ressemblait à celle du commandant du BOUNTY !, plusieurs se sont retrouvés à l'infirmerie. On se souvient tous de celui qui, de désespoir, a sauté à la mer…

Bref, il ne reste pas grand monde pour faire avancer le navire. Ils ont bien tenté de rappeler… ceux qui avaient été jugé "inapte" à la manœuvre, il y a un an. Mais faut pas les prendre pour des marins d'eau douce, quand même !

Et ce n'est pas le capitaine ou son lieutenant qui sont d'une grande aide… A vrai dire, chaque fois qu'ils sortent de leur quartier, on est au bord de la mutinerie !

 

L'amirauté voudrait bien que les choses se calment. Nous aussi ! Mais ce n'est pas en sous dimensionnant l'équipage et en maltraitant ceux qui restent qu'on va sortir la tête de l'eau !

 

Non ! Des mesures énergiques s'imposent : des matelots en nombre suffisant et des officiers capables et humains.

 


02/08/2011


Enquête à la PiC - juillet 11


"De vous à nous", c'est qui les meilleurs ?

 

de vous à nousCertains esprits grognons prétendent que l'enquête "de vous à nous" n'est qu'une (nouvelle) opération de communication qui s'intéresse plus à la forme (combien de réponses) qu'au fond. Il est vrai qu'après 4 campagnes (4 ans) on a du mal à voir les améliorations concrètes issues des réponses des agents, surtout à la PiC.

Bien évidemment, la Direction du Courrier balaie d'un revers de main ces grotesques affirmations de quelques syndicalistes à l'esprit étroit.

 

Et pour preuve qu'elle prend cette enquête à bras le corps, c'est qu'elle a lancé, en juin, un challenge interne aux DE. Avec des primes de 50, 100 voire 250 €… Ouah !

Et c'est quoi l'objet de ce challenge, hein ?

La qualité du dialogue avec les agents ? Les conditions de travail ?

Non, non, non…

L'objet c'est : "obtenir le plus fort taux de retour" des questionnaires à la DOTC ! Avec 2 critères principaux : la rapidité des retours et le nombre.

 

De ce point de vue, nul doute que la PiC devrait gagner le challenge (et les sous) puisque dans beaucoup d'équipes, les agents ont été réunis et on les a très fortement incité :

1) à TOUS répondre au questionnaire,

2) et répondre immédiatement !

 

Si avec ça, la PiC gagne pas, c'est que les autres DE sont de vilains tricheurs !


22/07/2011


Tentative de suicide à la PiC


Non assistance à personne en danger !

 

C'est bien ce qui vient de se produire à la PiC et , plus particuliérement dans le service S3C.

 

Pressions managériales, absence d'écoute des personnels, tâches et objectifs toujours en hausse... les personnels craquent. Pierre, lui, demande à quitter le service. Il réitère plusieurs fois cette demande. Pas de réponse. Mais les pressions, elles, ne cessent pas, le mal-être grandit...

 

Alors, quand on n'en peut plus et qu'on vous ferme toute voie de sortie, quand vous ne voyez plus de solution raisonnable, quel choix vous reste-t-il ?

 

Le CHS-CT extraordinaire demandé par les syndicats fera, nous l'espérons, toute la lumière sur les circonstances de ce drame et sur les responsabilités de la Poste. Mais, alors que la tentative de suicide de notre collègue date d'une semaine et est connue des responsables de la Poste, aucune information au personnel n'a été faite.

 

Les responsables du service S3C continuent comme avant... Il ne s'est manifestement rien passé. C'est le cas aussi de la direction du centre qui ne semble au courant de rien et qui ne communique rien !

 

Quelle pire (et sordide) preuve du déni dans lequel la Poste se complait chaque fois qu'un de nos collègues traduit en acte désespéré son mal-être, sa souffrance ?

 

 

 

Sassenage, le 18 mai 2011 

 

 

 


18/05/2011




Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion